En fRANCE, on gaze des réfugiés qui ont fui des guerres menées avec des armes qu'on a vendues à des dictateurs en échange d'accès privilégié aux matières premières

En fRANCE, on empêche les journalistes et les citoyens de témoigner des violences policières pourtant largement documentées et prouvées, dont le but n'est autre que de décourager toute forme de contestation

En fRANCE, on créé de toutes pièces des syndicats lycéens fantoches et on créé des délits d'entrave à l'Université  pour mieux discréditer les mouvements d'une jeunesse sacrifiée

En fRANCE, on gère une crise sanitaire avec un conseil de défense et un état d'urgence en-dehors de toute transparence et de tout contrôle démocratique

En fRANCE, on déroule le tapis rouge à l'Arabie Saoudite de MBS, à la Chine de Xi Jinping, à la Côte d'Ivoire de Ouattara sans aucune considération pour les lapidations, sans un mot pour les stérilisations forcées, sans un regard sur les assassinats d'opposants politiques

En fRANCE, on a 300 000 sans abri, 8 000 000 de personnes qui ont besoin de l'aide alimentaire pour survivre, mais on a 1% de la population qui concentre 20% des richesses qui ne ruissellent que dans leurs propres poches via des paradis fiscaux auxquels on ne s'attaque jamais

En fRANCE, il n'y a pas d'argent magique pour la santé, la justice, la culture et l'éducation, on critique les services publics et les aides sociales qui coûteraient trop cher, mais il y a 100 milliards d'euros annuels d'évasion fiscale, soit en gros le montant de la dette publique.

En fRANCE, on amuse la galerie avec des conventions citoyennes pour le climat, mais on réautorise les néonicotinoïdes, nos constructeurs automobiles trafiquent le niveau d'émission de GES de leurs véhicules, on démantèle le ferroutage, on passe en force sur la 5G, on déclassifie des cours d'eau et on saccage des zones naturelles au nom du développement agronomique, industriel et touristique

En fRANCE, on prétend lutter contre le terrorisme en stigmatisant une partie de la population

En fRANCE, les immigrés, les classes moyennes, les classes populaires, les petits entrepreneurs, les chômeurs, les fonctionnaires, les athées, les croyants, sont priés de bien vouloir se détester mutuellement pendant que là-haut, on démantèle pièce par pièce, avec acharnement, tout bien commun, toute solidarité, tout ce qui nous lie et nous fait avancer ensemble. Parce que comme disait Thatcher, pour eux, there is no such thing as society.

En fRANCE, on assassine la république au nom de la république. Plus personne n'est dupe. Alors, chacun pour soi ou tous ensemble?