Imprimer
Affichages : 332
Des bars de nuit et discothèques qui déposent le bilan à tour de bras. Des producteurs de spectacle et des associations culturelles qui sont sur la même pente. Des salles de concert et des festivals à l'agonie. Tout l'écosystème des musiques actuelles touché de plein fouet (prestataires techniques, restaurateurs, hôteliers, commerces ambulants, transporteurs...). Des milliers d'artistes et travailleurs du spectacle qui vont se retrouver au RSA l'été prochain, si rien ne bouge rapidement. Tout ça sans que PERSONNE ne soit en mesure d'expliquer en quoi il est plus dangereux d'assister à un concert debout plutôt qu'à une pièce de théâtre ou une séance de cinéma assis. Ou que s'entasser dans un train, ou un supermarché, ou un restaurant, ou une boutique de fringues. Tout au long de l'été, les manifestations culturelles privées, semi-privees ou publiques se sont multipliées sans qu'aucune augmentation significative des contaminations n'y soit constatée. Pourquoi ? Parce que le public, les organisateurs et les artistes des musiques actuelles ne sont pas moins responsables que leurs homologues du théâtre ou de l'opéra.
Ce milieu s'est même distingué, au plus fort de la crise, par une solidarité, un sens des responsabilités et une réactivité remarquables. Ce milieu interpelle sans relâche les pouvoirs publics sans obtenir aucune réponse claire, comme si les musiques actuelles n'était pas un secteur économique de tout premier plan dans ce pays.Comme si sa survie n'était pas un enjeu économique, social et culturel majeur dans les tous prochains mois.
 
Dans ces conditions malheureusement, la Felabration n'aura pas lieu cette année. Nous ne sommes absolument pas en mesure de vous dire, cher public, quand nous pourrons retrouver ce plaisir du live, cette ivresse de la danse, cette joie intense de l'écoute, pourtant si indispensables pour nous tous. Nous ne pouvons qu'espérer que le bon sens et le courage de quelques-uns l'emporte rapidement sur l'ignorance et la lâcheté de beaucoup d'autres.
 
Haut les cœurs !